Bonjour à tous et à toutes!

Cette semaine, ce n'est pas d'un roman dont je souhaite vous parler, mais d'une Bande Dessinée.

Peut-être connaissez-vous Bastien Vivès, grand auteur de bande dessinée français. Il a fait sa place dans le monde de la BD grâce à ses traits fins et précis et, dans cet ouvrage, grâce à ses aplats de couleur unis qui tendent en majorité vers les couleurs froides.

 

https://www.bing.com/images/search?view=detailV2&ccid=C8B3NHRV&id=6F49BB964BADF0BC807E685B7DB8B9022DB4A828&thid=OIP.C8B3NHRVLXsiZxQTD27hggDcEs&q=le+go%c3%bbt+du+chlore&simid=608049070346929892&selectedIndex=82&ajaxhist=0

Cette histoire est presque comme une pièce de théâtre; elle ne se déroule qu'en un lieu: la piscine municipale (d'où la dominance des couleurs bleues et vertes).

C'est la rencontre de deux personnages. Le premier se rend à la piscine sous l'ordre de son kiné, pour soigner sa scoliose. La seconde est une jeune femme pleine de ressources championne de natation.

C'est dans cette piscine lambda que tous les mercredis, les deux protagonistes se retrouvent. Ils nagent côte à côte, la championne aide le jeune homme qui est peu à l'aide dans l'eau. Une belle amitié, quoi qu'un peu ambigüe, commence à se forger.

Un mercredi, la jeune nageuse articule quelques mots sous l'eau; c'est un message à l'intention du garçon. Qu'a-t-elle bien pu vouloir lui dire? Cela fait parti des grands mystères de cette histoire et laisse place à diverses interprétations... j'ai bien la mienne, mais je ne vous la dévoilerai pas de peur de vous donner la clé du mystère... ;)

Le mercredi suivant, pourtant, la jeune femme ne réapparaît pas à la piscine; elle ne reviendra plus.

Alors oui, je viens de vous raconter la fin. Mais tant pis. Le Goût du Chlore est un très bel ouvrage, qui offre un ambiance presque irréelle. Cette histoire, c'est celle de deux personnages qui n'ont aucun avenir commun mais dont la rencontre inattendue va bouleverser un peu le quotidien.

J'ai particulièrement aimé cette bande dessinée. Les paroles sont brèves et peu nombreuses, mais chaque mot compte. Le décors est simple, cela permet de se concentrer avant tout sur les personnages et leurs sentiments. Pour les lecteurs les plus sensibles, c'est l'ouvrage parfait!

P.S.: L'album a reçu le prix Essentiel Révélation Angoulême en 2009.

Bonne lecture!

Laura